ASSOCIATIONS, CONCERTS AND CLASSIFICATION OF BELLS



Associations des campanaires

Le campanaire est la personne chargée de faire sonner les cloches pour toutes les occasions ou événements religieux chrétien selon un ensemble de signaux spécifique et précis, qui varient d’un endroit à l’autre, codifié au cours des siècles. Dans le langage courant, est également un nom mal approprié du sacristain ou de la personne qui s’occupe de l’entretien de l’église.

Presque toujours, le campanaire était (et est encore dans de nombreux cas) également la personne chargée aux soins et au remontage manuel des horloges antiques qui rythme le temps des cadrans des églises. Ce terme peut également indiquer ceux qui travaillent en général avec les cloches, ainsi que le fondateur ou celui qui l’entretien.

L’Italie se caractérise par des systèmes de sonnerie et de montage qui varient selon la région, différentes entreprises et associations de campanaires se sont développées dans diverses régions de l'Italie, pour protéger et promouvoir cet art très ancien. En Italie, depuis 1960, à lieu chaque année la réunion nationale des sonneurs de cloches, où sont présentées les principales techniques de son dans les différentes régions. En Italie et dans le monde en entier, les campanaires se sont organisés en association afin de promouvoir et de préserver leur art antique.

Les concerts des campanaires italiens et leurs différentes utilisations et traditions régionales.

Pour parler de "concert" de cloches, il faut compter un nombre de deux ou trois éléments. Actuellement, voici la classification:

  • Ils sont généralement équipés d'un ou deux cloches oratoires, chapelles, couvents, monastères
  • Ils sont généralement équipés de trois cloches ou plus dans la plupart des églises italiennes

Pour chaque région d'Italie, il existe plusieurs règles, coutumes et traditions dans le son des cloches.

Pendant les trois jours fondamentales de la Semaine Sainte, dans les églises chrétiennes catholiques et anglicanes est de normes de ne pas faire sonner les cloches (dans le rite ambrosien, les cloches sonnent  jusqu'à l'annonce de la mort de Notre Seigneur, le Vendredi Saint), qui sont remplacés par ce qu'on appelle instrumenta tenebrorum, dérivés des Semantron, c'est-à-dire, table en bois encore utilisée dans l'Église chrétienne orthodoxe et catholiques de rite oriental; sont également appelés sacrum lignum. Ce sont des tablettes sur lesquelles sont fixées des poignées en fer, ce qui crée un bruit sourd en les secouant. Ils sont aussi connus sous les noms dialectaux de "battuelle" dans la région de la Ligurie, "toccaredi" dans la région de Catanzaro, "battole" dans la région de la Vénétie, "battistàngole" dans la région des Marche ou "trocculi" dans la région de la Sicile. En Espagne, un instrument semblable est appelé matraca et est installé directement sur le clocher.

Classification des cloches

Les cloches peuvent être classées en fonction de l’assemblage:

  • cloches fixes, reliées aux poutres ou aux supports
  • cloches "en volée", ou "avec battant lancée"
  • cloches équilibrées, ou "avec battant rétrograde"

Malgré les oreilles du profane, les tintements des cloches peuvent paraître tous semblables. En Italie, il existe différents systèmes de sonneries pour les cloches en volée, c’est-à-dire, ceux en mouvement, pour les cloches fixes ou à l’arrêt et pour l’union de ces deux types. En Italie, en effet, chaque région  possède son propre système de sonnerie.

Les cloches fixes

Elles sont dépourvues de joug, c'est-à-dire qu’elles sont en contre poids. Elles ne doivent pas osciller; elles sont immobiles, fixées sur des poutrelles ou des lambourdes, elles sont sonnées par la percussion du battant intérieur (si elles sont sonnées par le campanaire) ou par des tintements externes (appelés "électrotintements" si elles sont sonnées par un système électro automatique). En Italie, les cloches fixes sont presque toujours de petite taille et placées à l’intérieur des clochers, surtout si elles font partie d’un ensemble d’un grand nombre de cloches. Dans les carillons, répandus dans l’Europe du Nord, atteignent le nombre de plus de 60 modèles dans un unique clocher.

Les cloches "en volée" ou "à battant lancée"

Ce sont des cloches équipées d’un joug léger, c’est à dire qu’elles sont très peu équilibrées, permettant des les faire osciller rapidement, en produisant une série de tintements peu espacées les uns des autres.

Dans les systèmes en volée "classique", pour les faire sonner, elles doivent atteindre au moins 60° d’inclination (même s’il existe des systèmes en volée avec battant équipé de double articulation pour être en mesure de les faire également sonner avec un mouvement réduit). Dans ce système de sonnerie le battant est fixé sous les pivots de rotation afin de frapper le bronze toujours vers le haut; on dit que le battant, qui est généralement plus lourd par rapport aux autres systèmes de montage, "caresse la cloche".

Dans ce système de montage, le battant se détache immédiatement après la frappe, permettant d’amortir les vibrations, ce qui n’est pas le cas du système en contre poids. C’est pour cette raison que les cloches en volée maintiennent les vibrations très prolongées. Le système est typique en Europe (ex: “changeringing" en anglais), dans le système Bolonais, en Italie centrale et méridionale, dans le Tyrol et un peu dans le Trivénétie.

Les cloches "équilibrées" ou "à battant rétrograde”

Ce sont des cloches équipées de gros joug, c’est-à-dire qu’elles sont équilibrées, permettant des les faire osciller plus ou moins lentement, en produisant une série de tintements espacées les uns des autres. Dans les systèmes en volée "à verre", pour les faire sonner, elles doivent atteindre facilement une rotation de 180° après quelques oscillations. Elles produisent un son lorsqu’elles sont inclinées, car dans ce type de cloche le battant est accroché plus haut ou au même niveau par rapport à l’hauteur des pivots de rotation afin de frapper le bronze toujours vers le bas.

En résumé:

  • avec battant fixé plus haut par rapport aux pivots de rotation, l’oscillation est très lente et par conséquent les tintements sont très éloignés les uns des autres (système ambrosien - de la région de la Lombardie);
  • avec battant fixé à la même hauteur par rapport aux pivots de rotation, l’oscillation est lente et par conséquent les tintements sont éloignés les uns des autres (système ambrosien - de la région de la Ligure et Véronais).

Cloches utilisées à verre

Les cloches à verre sont utilisées dans différentes méthodes de son: à la Bolognaise, à la Lucchese, à l’Ombrie, à l’Ambrosienne, à la Véronaise.
Les sons à la Bolognaise, à la Lucchese et à l’Ombrie sont réalisés avec des cloches en volée, celles à l’Ambrosienne et à la Véronaise avec des cloches à battant lancé.
Dans la sonnerie Ombrie, nommée "a rinterzo", un campanaire est placé debout au-dessus de la cloche principale et par des oscillations répétées de plus en plus grande, arrête la cloche dans la position "à verre" (renversée à 180°). Un autre campanaire agit sur le battant de la plus petite cloche (deux ou plus, immobiles) et compose une sonnerie rythmée, avec des intervalles du tintement que la cloche principale produit lors de la rotation complète.
Un système de son qui est caractéristique au rite ambrosien, également très répandu dans des nombreuses régions du nord de l’Italie en raison de la grande influence de la tradition du diocèse de Milan, dépend du type de structure sur laquelle sont montées les cloches et de ce qu’on appelle "entrave". Ce genre d’entrave est typique de la Lombardie, de la Ligure, de la plupart du Piémont, d’une partie de la Vénétie et une partie de l’Émilie Romagne.

Après la mise en mouvement, les cloches peuvent sonner "en volée" (sans séquence) pour des simples oscillation de quelques degrés par rapport à leur axe, ou "en concert" suivant une série précise de "décrochages").
Sur la structure de soutien sur laquelle chaque cloche est positionnée, il y a un ressort à lames qui a pour fonction de ne pas faire un tour complet à la cloche, mais qui lui permet de maintenir la position à "verre" et la renvoyer vers le bas par la commande de la corde du campanaire; lorsque la corde est relâchée, la cloche maintenue légèrement inclinée, descend. L’arrêt et la pause "debout" de la cloche est possible grâce à une petite équerre positionnée sur la roue, cette équerre va se heurter avec la lame. Pour exécuter le concert solennel, il est nécessaire amener les cloches en position basculées à 180° par rapport à la position d’arrêt. Une fois atteint cette position de décrochage, appelé à "verre" ou "debout" (lèvre inférieure en haut et en contrepoids en bas), les cloches, décrochées une à la fois ou en couple (effectuant dans ce cas un accord), se renverse (à ce stade d’environ 360°) émettant un tintement à chaque coup que le battant touche un des deux bords de la cloche, tandis que la cloche tourne: il y a donc deux coups à chaque fois qu’elle tourne, un au décrochage et un autre au retour vers la position du décrochage.
En fonction du temps que chaque cloche emploie pour accomplir cette rotation vous pouvez composer certaines séquences de sonneries avec la possibilité d’obtenir des concerts exceptionnels utilisés principalement dans les diocèses de la Lombardie comme un signe pour les solennités liturgiques.

Le plus grand concert dans le système ambrosien de sonneries des cloches, est situé dans le diocèse de Bergame avec 17 bronzes complètement actionnés manuellement à travers les cordes: il s’agit du clocher de l’église prévôtal d’Albino (BG).



Dati Aziendali

Sede legale: Aeris elettronica Srl
Zona Industriale VALLECUPA - 64010 - COLONNELLA (TE) - ITALY
P.Iva/C.F.: 01643200676

Capitale sociale: € 80.000,00 i.v. - CCIAA di Teramo - REA 140706
La società non è in stato di liquidazione. La società non è a socio unico.